painting_reality_iepe

Le combat de l’artiste IEPE dans l’espace public

IEPE (Iepe Rubingh) est un artiste hollandais résidant à Berlin depuis 14 ans et principalement connu pour avoir été l’instigateur des combats de chessboxing (boxe-échec, une idée tirée de la bande-déssinée « Froid Equateur » d’Enki Bilal), savant dosage de réflexion et d’agressivité qui s’est depuis largement en Europe et dans le monde aboutissant à la création de fédérations un peu partout à travers le globe.

Champion de la discipline, le bonhomme est également un artiste-performer devenu maître dans l’art de détourner l’espace public. A son actif, des performances aussi absurdes que poétiques, comme la recherche de pétrole dans le sous-sol du Mauer Park à Berlin ou la transformation d’un arbre en fontaine. Des installations qui interpellent l’imagination et détournent la vocation initiale de ces lieux : l’endroit où IEPE tente d’extraire du pétrole est connu pour accueillir chaque week-end un karaoké géant et l’arbre d’Hackescher Markt plutôt que d’ombrager les nombreuses terrasses du square, les met à distance devenant un objet ludique pour les enfants, un improbable brumisateur « naturel » pour touristes, un havre de fraîcheur dans la moiteur estivale berlinoise.

Sa performance la plus récente « Painting Reality » illustre elle une volonté de mise en valeur, d’accaparement des espaces publics confisqués par la banalité du quotidien. A Rosenthaler Platz, carrefour automobile majeur de Berlin, IEPE et ses complices ont déversé à vélo 500 litres de peintures à l’eau que les berlines allemandes se sont chargées d’étaler, transformant le croisement en véritable peinture urbaine abstraite. Cet espace quelconque, ce territoire de l’automobile que les piétons fuient logiquement, se retrouve alors re-approprié par leurs regards. Dans le trafic dense de Rosenthaler Platz, la voiture, habituellement gène constante et bruyante ne devient plus qu’un élément passager du décor en construction, à la manière du coup de pinceau. On finit presque par l’accepter pour sa contribution à la totalité prochaine (mais temporaire) de l’oeuvre.

Si ces oeuvres transforment la perception de l’espace public par la simple contemplation, IEPE dans ses « Joker Performances » invite cette fois-ci les piétons, les passants, les fêtards à s’inscrire au coeur de cette action de réinvestissement de l’espace public de la rue. Se singeant en bouffon, l’artiste par des gestes artistiques symboliques et temporaires s’empare littéralement de la rue. 

Lors de la première de ces performances, l’artiste et les passants se prenant au jeu du Joker, ont paralysé pendant quelques minutes le carrefour de l’Hackescher Markt à l’aide de … ruban de chantier. Tramways, taxis et voitures se sont ainsi trouvés bloqué jusqu’à l’intervention de la police (une demi-heure) par de simples bouts de plastique. Reproduisant la même performance sur l’un des carrefours le plus congestionné de Tokyo, l’artiste-bouffon finira 10 jours en prison pour avoir provoqué un chaos monstre dans la capitale japonaise.

Si ces performances paraissent futiles, elles n’en sont pas moins dénuées de revendications sur la capacité du citoyen à occuper, au moins temporairement, des lieux qui lui sont habituellement confisqués. Aussi, IEPE n’hésite pas parfois à faire passer un message clair via ces performances. En 2007, l’une d’elles a ainsi pointé du doigt l’aseptisation et la gentrification du centre de Berlin (Mitte) symbolisée par la fermeture de nombreux clubs, l’interdiction de certaines manifestations et la fin d’un certain laxisme policier. Le bouffon accompagné de sa compagnie, décide donc de mener un bateau de fêtards (rameutés tout le long d’un parcours prédéfini) au coeur même de l’Hackesche Höfe, cour urbaine et monument touristique de Berlin au coeur du quartier de Mitte en pleine gentrification.
La prise de contrôle du lieu par les représentants de la culture underground berlinoise vise avant tout à rappeler que l’âme de la ville et la source de son attrait réside plus dans l’ébullition que peut créer cette scène locale que dans le développement d’un tourisme de masse et la multiplication d’immeubles à loft symbolisés par l’Hackesche Höfe.

Les oeuvres in-situ et les performances d’IEPE apparaissent au final comme marquées du sceau de la dualité. Dualité entre leur (apparente) facilité de mise en place et le relatif chaos qu’elles sont capables de générer (sur le trafic automobile et le « bon » fonctionnement urbain) pour les Joker Performance. Dualité entre la patience de la réflexion et l’instantanéité de l’agressivité pour ces combats de boxe-échec. Et dualité entre lieux invisibles du quotidien et leur prise de sens soudaine par une mise en scène inattendue.
A chaque fois, les confrontations générées par ces oppositions donnent un sens temporaire au combat, qu’il soit de boxe, ou qu’il s’agisse de celui pour la mise en valeur (l’injection de « sens ») d’un espace public de plus en plus appauvri par nos quotidiennetés blasées et par la gentrification aseptisante des centres urbains.

Que les artistes, de plus en plus nombreux, s’emparent de ce combat est en tout cas bon signe, le passant lambda ne demandant qu’à être interpellé pour donner du sens à ces espaces publics et poétiser, interpeller son quotidien. A Berlin, comme ailleurs, l’évolution de la ville vers plus de gentrification et moins de contre-culture, n’a donc pas fini de nourrir le travail de résistance d’artistes comme IEPE. Quoi qu’il se murmure que sa prochaine oeuvre sera lumineuse et s’attaquera à la Deutsche Bank … un combat d’une autre envergure se profile et il est fort possible qu’il interpelle le citoyen ce qui sera déjà, une petite victoire.

CB.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s